Top 4 des Meilleurs Films Sur Les Chevaux de Courses

Certains aiment les films d’horreur, d’autres les romans d’amour, d’autres encore les comédies, les films de science-fiction et les romans policiers. Mais quel que soit le genre, les fans de course de chevaux peuvent rarement refuser un film dont la vedette est un cheval de course. Ne pouvant résister aux faits historiques, suspense, et autres fantaisies.

Bien sûr, il y a eu quelques excellents documentaires ces dernières années, mais les meilleurs films de course sont de véritables drames d’époque qui ne vieillissent pas et ne perdront jamais leur pertinence.

Ils résistent à l’épreuve du temps et bien que les intrigues puissent romancer et dramatiser les faits, le divertissement est, par définition, le but d’un film.

Phar Lap (1983)

Phar LapÀ notre avis, Phar Lap est le plus grand film de course de tous les temps, un chef-d’œuvre sans faille. Mais vous vous demandez probablement déjà qui était Phar Lap ? C’était une icône sportive qui a remonté le moral du public australien pendant les premières années de la Grande Dépression.

Non classé lors de ses quatre premiers départs en carrière, il a remporté 37 de ses 47 départs suivants (avec une séquence de 14 courses invaincues), remportant une Melbourne Cup, deux Cox Plates, un Derby AJC, un Victoria Derby et trois Craven Plates. Mais l’histoire de Phar Lap, qui a été magnifiquement incarnée dans ce film de 1983, est bien plus que l’histoire d’un cheval ordinaire qui a fait le bien.

Ce qui semble être des sous-intrigues fantaisistes impliquant des menaces de mort et des coups de feu au cours du film sont en fait des faits réels. Comme l’ont été les demandes de port de poids scandaleuses, les blessures et le lien étonnant entre le cheval et son palefrenier (ou “strapper“), Tommy Woodcock, qui est devenu l’un des entraîneurs les plus aimés d’Australie et a joué un court caméo dans ce film.

Ce film, incroyablement réaliste, est captivant mais tendre. Certaines des scènes les plus émouvantes vous ferons découvrir un côté tendre dont vous ne soupçonniez pas l’existence dans le monde des courses de chevaux.

On dit que s’il n’y avait pas eu de Rain Man, il n’y aurait jamais eu de Forest Gump. Sans aucun doute, s’il n’y avait pas eu de Phar Lap, l’Amérique n’aurait jamais produit les films à gros budget Seabiscuit (2003) ou Secretariat (2010). Mais Phar Lap reste meilleur que les deux et a été réalisé avec un budget très limité.

Cependant, un avertissement pour les nouveaux téléspectateurs. Il existe deux versions de Phar Lap, l’une destinée à son public australien et l’autre au reste du monde. Bien que les mêmes scènes soient utilisées dans les deux versions, essayez d’éviter la version australienne, à moins d’être australien bien sûr, car elle fonctionne rétrospectivement, ce qui gâchera une partie du suspense pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire de Phar Lap.

Champions (1984)

Champion (1984)Ce film retrace l’histoire de Bob Champion, qui a vaincu le cancer pour remporter le Grand National de 1981 sur Aldaniti. Il avait ensuite été écarté de la piste en raison d’une blessure qui menaçait sa carrière pendant plus d’un an. Ce récit a été oublié par certains et sera inédit pour d’autres. Mais ce qui est sûr, c’est que vous devez absolument voir ce film.

Avec une bande-son qui est toujours associée au Grand National à ce jour, vous aurez un aperçu de la “vieille Aintree” avec ses clôtures terrifiantes, son enceinte pittoresque et sa tribune délabrée.

John Hurt était incontestablement un mauvais choix d’acteur principal. Lorsque ce film est sorti en 1984, il avait l’air fatigué et avait 44 ans. Bob Champion avait 32 ans lorsqu’il a remporté le Grand National sur Aldaniti. Mais Jan Francis a fait preuve d’un grand talent d’acteur, tandis qu’Edward Woodward a joué un excellent Josh Gifford (l’entraîneur d’Aldaniti).

L’histoire se déroule bien et, comme nous savons tous qu’Aldaniti a gagné le Grand National, le réalisateur a pris le parti de nous offrir une scène de fin spectaculaire.

Mais Champion battant le cancer, à une époque où aucun pronostic de cancer n’était encore optimiste, est la véritable histoire et elle est magnifiquement livrée dans ce film émouvant.

Il est intéressant de noter que Ladbrokes Entertainment Ltd figure dans les titres. Ce qui nous rappelle que Cyril Stein, président de la société, était un fervent partisan du Grand National.

N’oublions pas que sans Stein, l’hippodrome d’Aintree aurait été un lotissement avant que le rhum rouge n’ait la chance de remporter son troisième National.

Shergar (1986)

Shegar (BBC)Ne paniquez pas, nous n’avons pas subi d’effondrement massif et nous ne suggérons même pas une vision de deux minutes du film du même nom de 1999.

Mais si vous pouvez vous procurer une copie de la version “Screen Two” de Shergar de la BBC, faites-le. Malheureusement, elle arrivera sur un format VHS ou même Betamax, mais l’achat d’un de ces appareils pour visionner ce film de 1986 en vaudra la peine.

Le film, réalisé pour la télévision, met en scène Stephen Rea, qui a organisé l’enlèvement du vainqueur du Derby anglais et irlandais, et Gary Waldhorn, qui joue le rôle de l’Aga Khan.

La pièce est basée sur les faits connus de l’enlèvement et des jours et semaines qui ont suivi et ils sont sans faille dans leurs détails alors que la couleur et l’histoire du film sont extrêmement plausibles. En somme, c’est un joyau oublié depuis longtemps.

Notre sélection des meilleurs casinos Français

Murphy’s Stroke  (1980)

Près de deux ans avant que Shergar ne remporte les Derbies anglais et irlandais et qu’Aldanati et Bob Champion ne triomphent de l’adversité, Thames Television préparait un jeune homme de 26 ans, Pierce Brosnan, à devenir une star, en lui donnant le rôle principal dans leur téléfilm, Murphy’s Stroke. C’était son tout premier rôle au cinéma.

Le film est diffusé pour la première fois en mai 1980. On y retrouve le cheval Gay Future, Edward O’Grady qui a préparé le cheval avant son succès 10/1 à Cartmel, Tony Murphy qui a orchestré le coup et le flamboyant propriétaire Tony Collins.

Comme dans l’histoire d’Aldaniti, il est fort probable que beaucoup aient oublié ou ignorent tout à propos de l’histoire de Gay Future. Après tout, la course a eu lieu en 1974, soit un an avant le coup d’État le plus connu, celui de Yellow Sam.

Il suffit de dire que ce film vaut bien une petite rétrospective. Il peut ressembler à un épisode de Minder par endroits, mais il colle suffisamment bien aux faits et rappelle l’époque où les téléphones portables, les émissions en direct et les échanges de paris n’existaient pas encore.

Pierce Brosnan dans Murphy's Stroke

Et si vous regardez le film de près vous pourrez peut-être apercevoir un jeune Jonjo O’Neil parmi les cavaliers aux côtés de ses collègues jockeys professionnels Ron Barry et Neale Doughty.

Après le pari de Cartmel, le jeune Gay Future de quatre ans a couru à Hexham où il a été mené à la victoire par le coureur Jonjo O’Neill, mais il a ensuite été tué dans une chute à Wetherby.

0 commentaires
Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

🥇 Top Poker


🎰 Machines à Sous