La psychologie des jeux d’argent

Je suis un partisan du jeu pour le plaisir, mais je ne suis pas un fan de tout ce que font les gens de l’industrie du jeu. La psychologie du jeu est trop souvent exploitée au détriment des joueurs.

L’utilisation, par l’industrie, du terme “gaming” pour désigner le “gambling” est un parfait exemple. Ils ont simplement changé un terme qui est utilisé pour différentes activités. L’idée est d’essayer de faire paraître leur entreprise plus légitime, c’est au mieux malhonnête et au pire dangereuse.

Mais les gens aiment jouer pour le plaisir, et je suis fermement dans ce camp. D’ailleurs, plusieurs estimations suggèrent qu’une écrasante majorité d’Américains jouent. Seuls 20% de la population adulte ne joue jamais.

Cependant, certaines personnes finissent par devenir des joueurs compulsifs. Le jeu s’apparente alors à d’autres activités addictives comme l’alcool ou le tabac.

La psychologie des jeux de casino et des autres activités de jeu repose sur la vente d’un jeu conçu pour que le joueur perde à long terme. Une personne saine d’esprit rangera son argent dans son portefeuille en examinant de près les probabilités de gagner dans la plupart des jeux de casino.

gambling psychology

Comment le système de récompense du cerveau fonctionne avec les jeux d’argent ?

Il serait difficile de parler de la psychologie des jeux d’argent sans aborder certaines idées sur le fonctionnement du système de récompense du cerveau. Si vous n’éprouviez pas un certain plaisir psychologique à jouer, vous ne le feriez pas. Et personne d’autre ne le ferait. Comprendre cela est un premier pas pour devenir un joueur réaliste et rigoureux.

Le premier aspect du jeu qui semble évident est que vous ne savez pas quel sera le résultat. Votre cerveau est câblé pour apprécier les activités où vous ne savez pas ce qui va se passer, surtout si l’un des résultats possibles implique une récompense quelconque.

Lorsque vous faites de l’exercice, mangez, buvez de l’alcool ou faites l’amour, votre cerveau libère un neurotransmetteur appelé dopamine. Ce neurotransmetteur est également libéré lorsque vous avez de l’argent en jeu à la table de roulette, ou n’importe où ailleurs dans le casino.

En fait, les psychologues ont réalisé de nombreuses études et expériences mesurant la libération de dopamine par le cerveau lors des jeux d’argent. Non seulement le cerveau libère de la dopamine de la même manière que si vous consommiez des drogues, mais il change physiquement lorsque vous jouez.

La dopamine libérée dans le cerveau peut être comparée à une route que l’on parcourt. Cette route devient plus fragile avec le temps. Non seulement le jeu augmente votre envie de jouer davantage, mais il augmente également votre envie d’autres choses qui libèrent de la dopamine.

Des études ont même démontré que les joueurs qui perdent reçoivent la même dose de dopamine que les gagnants. Les joueurs à problèmes qui courent après leurs pertes sont des exemples vivants de ce phénomène en action.

Autres stimuli, autres réponses

La réaction du cerveau à l’incertitude concernant les récompenses et les pertes semblerait suffire à motiver les joueurs. Mais les casinos ont pour mission de maximiser les profits, comme n’importe quelle autre entreprise.

Les casinos utilisent donc d’autres stimuli pour motiver leurs clients à jouer. Ces stimuli comprennent les images et les sons du casino. Vous pouvez même voir des images et des sons similaires destinés aux enfants. Regardez à quoi ressemblent les salles de jeu des fast-foods puis visitez votre casino local.

C’est presque comme si les enfants étaient entraînés à devenir des accros des machines à sous quand ils seront grands.

Les casinos en direct, bien sûr, ont ces images et ces sons en abondance, mais même les casinos en ligne utilisent les mêmes stimuli. Il serait ennuyeux de jouer dans un casino en ligne qui n’inclurait pas au moins des lumières clignotantes et de la musique que vous entendez dans un casino traditionnel.

Les scientifiques ont également mené des études sur ces stimuli et sont parvenus à la conclusion que les images et les sons augmentent la libération de dopamine. En d’autres termes, l’incertitude du système de récompenses combinée à la musique et aux lumières ont un effet synergique.

La boîte de Skinner avec un levier

gambling psychology

B.F. Skinner est l’un des scientifiques comportementaux les plus célèbres de l’histoire. Tous ses travaux ne sont pas liés aux jeux d’argent, mais certains le sont. En particulier, la boîte de Skinner s’applique directement à la dépendance aux machines à sous.

Skinner a fait des expériences avec des rats en utilisant des boîtes qui distribuaient du fromage comme récompense lorsque les rats tiraient un levier. Il est évident que les rats qui recevaient du fromage à chaque fois qu’ils tiraient le levier étaient plus motivés pour tirer le levier que les rats qui ne recevaient pas de fromage.

Mais il y avait une troisième boîte. Celle-ci distribuait du fromage comme récompense de façon aléatoire. Parfois, le rat recevait du fromage, et d’autres fois, il n’en recevait pas. On pourrait penser que les rats qui étaient certains d’obtenir du fromage seraient les plus motivés pour tirer le levier. Mais vous auriez tort.

Les rats qui ne savaient pas s’ils obtiendraient ou non du fromage étaient les plus motivés pour tirer le levier de la boîte. Maintenant, parlons des machines à sous. Vous êtes le rat dans cette situation, la récompense est le fromage et le résultat est incertain.

Il serait facile de dire que les gens ne sont pas des rats. Mais si vous regardez les recherches, cette expérience concerne la façon dont le cerveau réagit à l’incertitude.

Et les machines à sous sont de loin les plus rentables pour les casinos, même si elles offrent généralement les pires chances de gagner. Comment expliquer autrement leur attrait ?

Il existe un excellent livre consacré aux machines à sous, intitulé Addiction by Design. Il vaut la peine d’être lu si vous vous intéressez à la psychologie des jeux d’argent.

L’erreur du joueur

Vous verrez parfois qu’on y fait référence sous un autre nom, comme le sophisme de “Monte Carlo”. Dans tous les cas, cela signifie la même chose. Il s’agit de la tendance d’un joueur à croire que si un événement se produit plus ou moins souvent qu’il ne devrait, les résultats futurs s’équilibreront. Et donc cet événement se produira plus ou moins souvent qu’il ne devrait.

Dans le cas d’événements aléatoires indépendants les uns des autres, c’est une erreur totale. Voici un exemple en utilisant la roulette :

Vous avez 18 résultats noirs, 18 résultats rouges et deux résultats verts à la table de roulette. Vous avez parié sur le noir, et le noir a gagné huit fois de suite.

Une personne qui croit à l’erreur du joueur pourrait penser qu’un résultat rouge ou vert est maintenant plus probable au prochain tour de roue. Après tout, la probabilité que le noir tombe neuf fois de suite est faible. Le problème est que vous ne pariez pas sur le fait que le noir sortira neuf fois de suite. Vous pariez sur le prochain tour, qui est un événement indépendant. La roulette ne se souvient pas de ce qui s’est passé lors des huit tours précédents.

Elle a toujours 18 numéros rouges sur un total de 38 numéros, donc la probabilité d’un résultat rouge au neuvième tour est toujours de 18/38, soit 47,37 %.

Il s’agit d’un autre exemple d’un défaut psychologique qui pousse les joueurs à courir après leurs pertes. Même lorsque vous comprenez ce qu’est l’erreur du joueur et les probabilités réelles, il est tentant de parier dans l’autre sens. Le sophisme du joueur a été très présent chez les joueurs tout au long de l’histoire, mais l’exemple le plus notable s’est produit au casino de Monte-Carlo en 1913. La table de roulette a connu une série épique de résultats noirs, la bille est tombée sur le noir 26 fois de suite.

Les chances que cela se produise sont similaires aux chances de gagner à la loterie, environ 1 sur 67 millions. Les joueurs de roulette ont parié des millions sur le rouge et ont perdu. Leur hypothèse selon laquelle la proportion de résultats rouges serait plus élevée au prochain tour de roulette était totalement erronée.

La psychologie appliquée aux jeux d’argent : Le jeu de poker

Des livres entiers sur la psychologie et son application au poker ont été écrits par des psychologues. Il est impossible, dans l’espace imparti, de fournir une couverture complète du sujet. Mais je peux fournir une introduction à la façon dont la psychologie affecte le poker.

Tout d’abord, pensez au concept de tells au poker. Si vous avez vu quelques films sur le poker, vous savez probablement déjà ce que sont les tells. Vous avez peut-être même une idée exagérée de leur importance.

Un tells au poker est simplement un indice physique qu’un joueur de poker donne lorsqu’il est sur le point de faire quelque chose. Par exemple, un joueur peut avoir les mains tremblantes lorsqu’il aime ses cartes. C’est un indice courant, d’ailleurs. L’excitation à propos d’une main entraîne la libération de la tension nerveuse sous la forme de mains tremblantes.

Même si vous passez toute la journée à chercher des indices vous pouvez perdre quand même au poker. Vous ne pouvez pas remplacer la compréhension de la force des mains, des cotes du pot et des outs par une observation attentive des autres joueurs à la table.

Un autre exemple de psychologie à la table de poker est la tendance des joueurs à s’incliner. Il s’agit du phénomène qui consiste à se mettre en colère parce que l’on a l’impression de ne pas obtenir les résultats escomptés et à modifier son comportement en conséquence.

J’avais l’habitude de jouer avec un gars qui portait des blouses à chaque partie de poker. Je ne le connaissais pas. J’avais juste l’habitude de le rencontrer dans la salle de jeu du Choctaw Casino en Oklahoma.

Son surnom était “Doctor Tilt”. Il s’énervait après un mauvais pari et commençait à parier et relancer avec toutes sortes de cartes faibles. Tout ce que vous aviez à faire était d’être prêt à vous coucher pour un petit moment jusqu’à ce que vous ayez des cartes décentes. Il s’énervait en pariant sur vous avec de stupides cartes fermées, et vous gagniez de l’argent deux fois sur trois. Il a accumulé des pertes importantes.

Cette tendance à l’inclinaison, cependant, est également soumise à la psychologie. Le jeu de poker étant aléatoire, une personne qui s’incline est parfois payée lorsqu’elle mise et relance avec une mauvaise main. Cela renforce sa tendance à s’incliner.

Éviter l’inclinaison est une compétence psychologique essentielle au jeu de poker.

Conclusion

La psychologie du jeu est un sujet important, trop important pour être traité en profondeur dans un seul article. Le mieux que je puisse espérer faire est de fournir une introduction à certains des effets de la psychologie dans les jeux d’argent.

Mieux comprendre la psychologie qui se cache derrière les jeux d’argent ne peut qu’être bénéfique pour vous !

0 commentaires

🥇 Top Poker


🎰 Machines à Sous